en   fr
    
RTR - RUSSIANTEAROOM GALLERY

expositions

« Edward Brought Home A Good Ford Car »

26 octobre - 1 décembre 2012
Toligniew Krsnamacar « Edward Brought Home A Good Ford Car »

Dans le cadre du Mois de la Photo 2012, organisé par la Maison Européenne de la Photographie (la MEP), la galerie RTR présente, l’exposition personnelle de Toligniew Krsnamacar intitulée « Edward Brought Home A Good Ford Car ».
« Edward Brought Home A Good Ford Car » est une exposition basée sur le principe de mimesis structurelle. Les premières lettres E B H A G F C du titre « Edward Brought Home A Good Ford Car » sont mnémoniques de "rahu kalam", qui, dans l’astrologie indienne, est un système de calcul des segments inappropriés à toute activité dans la journée. Cette matrice influence le comportement quotidien des indiens.
Le quadrillage des structures diverses embrasse toute notre vie. Toligniew Krsnamacar a créé la série spécialement comme un rappel face aux diktats des structures qui nous environnent.

Selon Toligniew Krsnamacar, tout dans la photographie, n’est que mimesis, et ce, dès ses débuts : « L'oeil est Roi. La pensée est Reine.
La première photographie est un clignement. Le clignotement est préventif. Le clignotement est également une pause.
C'est lorsque l'homme s’est aperçu que les images étaient formées à l'intérieur de ses paupières, à la fois noires et oranges, aux formes changeantes et électriques, que les graines de la photographie ont été semées.
L'éternuement est venu ensuite. Désormais, nous avons un bruit à imiter: l'obturateur. Nous vivons maintenant dans cette panoplie d’appareils auquel l'œil mécanique a donné naissance: des pouffements, des reniflements, des rires, des fissures, des pets, des respirations sifflantes, des bâillements, des gémissements, des grimaces, des frissons, des rots, des chuchotements et des ronflements. »

La photo renvoie au temps, elle est une borne, un point d’étape qui rythme l’histoire, la chronique, le quotidien. La photo n’existe que par le temps et la lumière.
Toligniew Krsnamacar a construit sa démarche exploratoire sur ce postulat initial. Un ensemble complexe, protéiforme, presque incantatoire qui aboutit à une série de 31 petits formats dont la raison d’être n’est que celle, d’abord, de la chronique et du cycle : 31 jours, 31 clichés construits sur la base d’une systémique méticuleuse, une approche qui évoque presque une mise en abîme, d’autant plus troublante qu’elle accouche de petits rectangles dont le format monochrome s’inscrit dans l’histoire de la photographie elle-même. 28 jours, c’est la longueur d’un mois dans le calendrier solaire international, appelé entre autres Eastman plan, et que le groupe Kodak Eastman a officiellement utilisé pour son organisation pendant plus de 60 ans. Ce type de calendrier a la particularité d’être composé de 13 mois, tous identiques. Sol, le 13e mois, est inséré entre les mois de juin et juillet. Trois jours supplémentaires viennent s’ajouter à ce mois de 28 jours, ceux liés aux solstices ainsi qu’un jour additionnel (équivalent à celui du 29 février dans le calendrier grégorien). Le procédé de révélation de l’image a toujours eu quelque chose de magique, proche de l’alchimie.
Les 31 images obtenues, reproduisent les tirages sur du papier Solio, papier très rare que Kodak avait mis au point dans les années 1910. Il en résulte des tirages uniques. Ainsi, la mimesis structurelle, apparaît à plusieurs niveaux: celui de la production des tirages, mais également au niveau de l’image même de chaque tirage. D’après Toligniew Krsnamacar, « la mimesis structurelle est souvent une parodie, un hommage, un pastiche ou un bricolage ». Ici, la mimesis est un moyen de suggestion. Ces photos sont issues du soleil et parlent de suggestion".
Ces photographies font également écho aux 31 signes du Zodiaque du Natampalli-Krsnamacar en astrologie indienne, et peuvent être vues comme un jeu de 31 cartes "de provenance inconnue".

L’arrangement et la disposition des tirages sont déterminants dans cette série. Le petit format des tirages, qui renvoie implicitement aux débuts de la photographie, propose une expérience complète, où l’accrochage, l’encadrement, le titre et l’éclairage rendent compte de cette relation entre le temps, la lumière solaire et la photographie.
 

“Untitled ”, from series “Edward Brought Home A Good Ford Car » 13.97 x 8.25 cm, Salted Galaretka with Inkodyne on Cotton, unique print
<   +   >

“Untitled ”, from series “Edward Brought Home A Good Ford Car » 13.97 x 8.25 cm, Salted Galaretka with Inkodyne on Cotton, unique print
<   +   >

“Untitled ”, from series “Edward Brought Home A Good Ford Car » 13.97 x 8.25 cm, Salted Galaretka with Inkodyne on Cotton, unique print
<   +   >

“Untitled ”, from series “Edward Brought Home A Good Ford Car » 13.97 x 8.25 cm, Salted Galaretka with Inkodyne on Cotton, unique print
<   +   >

“Untitled ”, from series “Edward Brought Home A Good Ford Car » 13.97 x 8.25 cm, Salted Galaretka with Inkodyne on Cotton, unique print
<   +   >

“Untitled ”, from series “Edward Brought Home A Good Ford Car » 13.97 x 8.25 cm, Salted Galaretka with Inkodyne on Cotton, unique print
<   +   >

“Untitled ”, from series “Edward Brought Home A Good Ford Car » 8, 25 x 13.97cm, Salted Galaretka with Inkodyne on Cotton, unique print
<   +   >

“Untitled ”, from series “Edward Brought Home A Good Ford Car » 8, 25 x 13.97cm, Salted Galaretka with Inkodyne on Cotton, unique print
<   +   >